Portrait du mois de décembre - Betsabe Elena Chaires Wences

Afin de mettre en valeur le travail des personnes qui œuvrent au sein des SAE dans le réseau universitaire québécois, l'équipe du Portail des SAE souhaite partager des portraits de ces personnes avec ses lecteurs.

 

Betsabe Elena Chaires Wences est animatrice d’activités étudiantes depuis 9 ans à l’UQO au campus de Gatineau. Avant, elle occupait le poste d’auxiliaire de recherche et pendant ses études à la maitrise en développement régional, elle a travaillé comme étudiante accompagnatrice pour la population étudiante anglophone de l’UQO.

Quel est votre mandat au sein de l'équipe de SAE de votre établissement ?

Mon mandat est d’organiser des activités parascolaires et d’accompagner les associations et regroupements étudiants de l’UQO.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler au sein des SAE ?

J’ai choisi de travailler au sein des SAÉ car j’aime la proximité que j’ai avec les membres de la communauté étudiante. Lorsque j’étudiais à l’Université d’Ottawa, je me suis beaucoup impliquée dans la vie étudiante en tant que vice-présidente pour une association étudiante. Mon expérience dans la vie démocratique sur le campus a vraiment modelé mon expérience académique.

Qu’est-ce qui vous apporte le plus de satisfaction dans votre travail ?

Toutes les activités qui mettent en valeur les talents des arts de la scène, la diversité culturelle et les soirées de reconnaissance font partie de mes soirées préférées et ce sont celles qui m’apportent le plus de satisfaction. Par ailleurs, j’ai aussi énormément plaisir à inciter les leaders étudiants de diverses associations étudiantes à collaborer ensemble dans le cadre d’activités institutionnelles.

Quel est le projet ou le mandat qui vous tient le plus à cœur ?

Mon mandat favori est celui d’accompagner les regroupements étudiants. J’ai un faible pour les regroupements étudiants de l’UQO car ils se sont souvent formés de manière organique. À mes yeux, ils répondent souvent à une lacune ou un besoin qui n’est pas pris en compte autrement.  Je suis choyée de pouvoir suivre ces comités qui travaillent souvent dans l’ombre et qui, faute de cotisations étudiantes, font souvent des miracles avec peu de ressources. Je les trouve particulièrement débrouillards et créatifs !

Quel sera, selon vous, le plus grand défi des SAE dans les prochaines années ?

Le plus grand défi des SAÉ sera de rester à l’affût des nouvelles tendances technologiques et de s’adapter à la nouvelle génération d’étudiants qui optent souvent pour la rediffusion d’un enregistrement d’un événement ou d’une formation. Pour ce qui est de l’animation, il faudra apprendre à jongler avec les nouvelles tendances du milieu de l’événementiel virtuel.

Avez-vous une anecdote SAE à partager ?

Lorsque j’ai commencé mon mandat aux SAÉ, j’ai eu la chance de travailler et de suivre un leader étudiant à travers tout son parcours académique. Sous ma supervision, il est passé de président de délégation des Jeux du commerce-UQO, membre du comité organisateur d’UQO en Spectacle, président de l’Association des étudiants en Administration des affaires à président de l’AGE-UQO. Notre collaboration sur divers dossiers, notamment lors de la grève étudiante de 2012, a fortifié notre relation. Ce fut une période d’apprentissage mutuel que je chéris grandement. Avec les années, notre amitié s’est développée à l’extérieur des murs de l’UQO. L’été dernier, il m’a surpris à mon bureau avec une invitation pour ses noces. Pour moi, l’invitation fut la preuve que mon temps et mes efforts en tant que « mentor » ont vraiment marqué ce jeune homme.

Pouvez-vous décrire un projet qui vous rend particulièrement fière ?

Dès le début de mon mandat à l’UQO, on m’a demandé de créer une soirée méritas pour souligner les exploits des étudiants du campus de Gatineau. Cette soirée est devenue une tradition à l’UQO et j’ai énormément de plaisir à l’organiser. Je fais particulièrement attention à la décoration et aux numéros musicaux qui sont présentés lors de la soirée. Les étudiants sont toujours très heureux de se voir dans les vidéos et de se vanter de leurs exploits.

Avez-vous un talent caché ?

Oui, j’ai la chance de venir d’une famille d’artistes et de m’épanouir en tant que chanteuse de chansons folkloriques mexicaines et en tant que peintre. Je chante avec un groupe de mariachi depuis l’âge de 15 ans dans des fêtes organisées par l’Ambassade du Mexique au Canada. C’est un honneur pour moi de pouvoir partager mon héritage culturel avec les membres de ma communauté.