Portrait du mois d'octobre - François Côté

Afin de mettre en valeur le travail des personnes qui œuvrent au sein des SAE dans le réseau universitaire québécois, l'équipe du Portail des SAE souhaite partager des portraits de ces personnes avec ses lecteurs.

François Côté est conseiller d’orientation et travaille à l'UQAC depuis un peu plus de 10 ans. Durant les 5 premières années, le poste de conseiller d'orientation était partagé, dont une journée par semaine était consacrée au Service d'accueil et de soutien aux étudiants en situation de handicap (ASESH).

François indique d’ailleurs que le développement du Service ASESH représente bien à quel point les Services aux étudiants sont amenés à s’adapter rapidement en fonction des besoins des étudiants et de la réalité du moment. En moins de 10 ans, le service s’est organisé. Ils sont passés d’une trentaine d’étudiants inscrits au service à plus de 400.

À cet égard, il souhaitait profiter ici de l’occasion pour saluer les collègues qu’il a côtoyés à l'époque à l'AQICESH (Association québécoise interuniversitaire des conseillers aux étudiants en situation de handicap) qu’il qualifie d’équipe accueillante, ouverte, dynamique, inspirante et soutenante!

Voici maintenant les réponses de François qui nous permettront d’en apprendre un peu plus sur lui et son mandat!

Quel est votre mandat au sein de l'équipe de SAE de votre établissement?

Depuis maintenant 5 ans, je consacre la totalité de mon temps au service d’orientation. Mon mandat consiste à accompagner les étudiants dans leur cheminement, avec tout ce que cela implique. Cette tâche s’effectue principalement à l’intérieur de démarches d’orientation plus complètes. Considérant que bien souvent la demande ne représente pas nécessairement le besoin, à travers ces démarches, on prend d’abord le temps de bien évaluer la nature du ou des besoins. Ensuite, on priorise les éléments à aborder et on détermine ensemble comment on pourra arriver à y répondre. En fonction de l’évaluation faite, ce travail peut aussi se faire en collaboration avec d’autres collègues aux SAE ou ailleurs. Les motifs de consultation sont très variés et même si on peut faire des regroupements entre les différents défis rencontrés par les étudiants, chacun vit la situation à sa façon et ça devient toujours une nouvelle réalité.

Aussi, que ce soit en individuel, en groupe ou dans différents événements, j’accompagne aussi les étudiants au niveau de l’information scolaire et professionnelle.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler au sein des SAE?

Je ne suis certainement pas très original, mais ma motivation première est sans aucun doute, l’occasion de travailler directement avec les étudiants. C’est tellement de beaux échanges. En tant qu’intervenant, on doit continuellement s’adapter à la personne en fonction de son besoin et sa réalité.

Aussi, on parle souvent de l’équipe des Services aux étudiants et c’est tellement important. L’interdisciplinarité qu’on y retrouve m’a toujours attiré et aux SAE on a réellement l’occasion de le vivre, ce qui permet d’élargir et de bonifier encore davantage notre offre de services.

Qu’est-ce qui vous apporte le plus de satisfaction dans votre travail?

À travers les démarches d’orientation, on travaille nécessairement sur le sens du projet vocationnel. Finalement, c’est souvent à ce niveau que les étudiants viennent à douter. Pour différentes raisons, ils peuvent s’éloigner de ce qui a vraiment du sens pour eux. À travers la démarche, quand l’étudiant reprend contact avec ce qui le fait vibrer davantage, c’est définitivement l’instant qui donne le plus de sens à mon travail. Les moments où on a moins besoin de mots. Ça se vit dans l’instant et c’est tout qu’un privilège.

Quel sera, selon vous, le plus grand défi des SAE dans les prochaines années?

Une fois dans le bureau, les étudiants ont déjà un énorme pas de fait, mais ce n’est évidemment pas tous les étudiants dans le besoin qui en viennent à demander de l’aide. Un défi qui demeure important, c’est de rejoindre les étudiants qui ont des besoins et qui, pour différentes raisons, ne demandent pas de l’aide directement. Et ce défi est encore plus marqué en ce moment avec les études à distance. Arriver à semer l’importance de l’intervention au moment où l’étudiant rencontre des défis.

Avez-vous une anecdote SAE à partager?

Ce n’est pas vraiment une anecdote, mais en lisant la question, je pense à mes collègues. Les différents moments où je nous vois rire et lâcher notre fou après des rencontres individuelles plus intenses ou les vendredis PM après une semaine chargée. Ça fait du bien, parce qu’il faut le reconnaître, les semaines sont quand même assez occupées.

Pouvez-vous décrire un projet qui vous rend particulièrement fier?

Rapidement, je pense à la boîte à outils virtuelle et le calendrier d’ateliers que l’on a proposés aux étudiants pour l’année 20-21. Mais derrière cette réalisation, c’est vraiment notre équipe qui me rend fier. Je travaille avec des personnes très humaines et tellement compétentes. C’est très stimulant, j’ai vraiment l’impression qu’on se tire tous vers le haut ensemble. On travaille bien dans nos secteurs respectifs et on développe bien en équipe. Je suis vraiment fier de faire partie de l’équipe des SAE.

Avez-vous un talent caché?

Un talent... je ne sais pas trop, mais j'ai clairement une passion pour la construction, le bâtiment durable et l'architecture. Ça occupe bien mon temps à l'extérieur du travail et je remarque aussi qu’il y a de beaux parallèles à faire avec mon rôle de conseiller d’orientation. En fait, je pense que ce qui peut lier les deux domaines, c’est le processus de gestion de projet, de la conception à la réalisation, que ce soit au niveau personnel ou avec les étudiants. Tout ça me motive pas mal.