Portrait du mois de septembre - Véronique Myre

Afin de mettre en valeur le travail des personnes qui œuvrent au sein des SAE dans le réseau universitaire québécois, l'équipe du Portail des SAE souhaite partager des portraits de ces personnes avec ses lecteurs.

Véronique Myre est conseillère aux activités étudiantes (soutien à l'apprentissage) à l’Université du Québec à Trois-Rivières, depuis presque 10 ans comme employée permanente, mais près de 12 ans avec les contrats.  

J'ai commencé dans l'équipe du Bureau de la réussite étudiante comme contractuelle, puis aux Services aux étudiants comme contractuelle également. En 2013, les deux unités ont fusionné pour devenir le SAÉRÉ (Service aux étudiants et à la réussite étudiante). Ce fut alors la joie de travailler avec les deux équipes, d'avoir un éventail toujours plus grand d'expertises parmi nous et de projets communs. Avec le temps, nous sommes devenus les SAE (Services aux étudiants) et je suis très fière de faire partie de cette belle grande équipe de près d'une quarantaine de personnes. 

Quel est votre mandat au sein de l'équipe de SAE de votre établissement? 

J'ai le mandat de conseiller les étudiants dans toutes les facettes que comporte la réussite scolaire de leurs études. Avec une attitude d'ouverture et une écoute active, je les aide à choisir et à mettre en pratique des stratégies appropriées à leur situation tout en gardant l'équilibre (les anxieux et les perfectionnistes, entre autres, sont bien soulagés quand je leur dis que les études ce n'est pas tout ce qui compte). 

Concrètement, j'offre des ateliers, des cybercafés et des conférences sur les thèmes suivants : organisation, concentration, motivation, lecture et prise de notes, examens, cartes heuristiques, travaux (individuel et en équipe), méditation et gestion du stress. Je suis disponible pour du soutien individuel sur les thématiques mentionnées et plus encore. Je coordonne un service de mentorat pour des programmes et des cours ciblés. Je fais partie de projets spéciaux comme « Notre fierté UQTR » (programme de valorisation étudiante), les Journées de la persévérance scolaire et « En avril, ne te décourage pas d'un fil! » (activité encourageant les étudiants en fin de session d'hiver). 

Pourquoi avez-vous choisi de travailler au sein des SAE? 

Ayant une formation d'enseignante, j'ai toujours considéré l'apprenant comme plus qu'un élève ou un étudiant et je suis passionnée par la grande sphère de l'enseignement. Je vois l'étudiant comme une personne à part entière avec son histoire, ses accomplissements, ses qualités et défauts, ses intérêts, ses ambitions et ses défis à relever. J'aime ces moments où on peut discuter de tout cela, lorsqu'il s'ouvre à moi et que je peux le conseiller ou juste l'écouter. Comme membre des SAE, je peux faire cela presque tous les jours, de façons variées, et au sein d'une équipe dynamique, altruiste et véritablement engagée envers l'être étudiant. Travailler aux SAE me permet d'œuvrer en coulisses et sur le front des épopées étudiantes de ceux que je rencontre. 

Qu’est-ce qui vous apporte le plus de satisfaction dans votre travail? 

Une rencontre fortuite avec un étudiant que j'ai aidé ou côtoyé et qui prend le temps de me jaser d'où il en est, de me rappeler une astuce que je lui ai suggérée et qui a porté fruit ou pour me demander conseil parce qu'il me fait confiance. 

Quel est le projet ou le mandat qui vous tient le plus à cœur? 

En soutien individuel, j'aime être « dans le moment », dans l'écoute pour aider au mieux un étudiant. Quand, par un échange ouvert, j'arrive à bien comprendre qui il est et ses besoins pour lui proposer des stratégies gagnantes et appropriées. Que je vois qu'il se sent motivé par ces stratégies qui ne sont pas que du réchauffé ou du copier-coller d'un étudiant à l'autre et qu'il a hâte de les mettre en pratique, un petit pas à la fois. J’aime voir se déployer cet art de travailler ensemble. La cerise sur le gâteau est qu'éventuellement il me fasse part d'une aisance retrouvée ou nouvelle ou d'un succès vécu qui lui donne confiance. Alors je me dis : « mission accomplie »! 

Quel sera, selon vous, le plus grand défi des SAE dans les prochaines années? 

Puisque l'étudiant type n'est plus majoritaire, il faudra développer des prouesses de caméléon tant au niveau des communications que des technologies. Bref, ne rien prendre pour acquis, s'adapter, être créatif et à l'affût. 

Avez-vous une anecdote SAE à partager? 

J'ai été invitée à quelques collations des grades, assise à l'avant comme dignitaire (ouf!). Il y a, comme vous le savez, un certain décorum. Toutefois, quand un étudiant que je connaissais venait chercher son diplôme, il me faisait un salut de la main, de la tête ou un "thumbs up" avec un grand sourire. Chaque fois, j'y répondais de la même manière, le cœur gonflé de joie. Quels beaux moments! 

Pouvez-vous décrire un projet qui vous rend particulièrement fière? 

Le projet "Notre fierté UQTR" me rend fière. Outre les galas et les remises de bourses, c'est une belle occasion pour souligner le parcours d'un étudiant inspirant, entre autres, pour les raisons suivantes : implication sociale, persévérance malgré une situation particulière, conciliation, intégration dans le milieu et retour aux études. Les étudiants sélectionnés jusqu'à présent ont été touchés par cette marque de reconnaissance qui souligne leurs accomplissements. 

Avez-vous un talent caché?  

J'ai un talent pour raconter des histoires, surtout aux enfants, en faisant les voix ou en imitant les personnages, en donnant un rythme varié à la narration, en créant des suspenses et en faisant parfois quelques ajouts croustillants. Ça me rappelle de beaux souvenirs d'enfance... :)