Portrait du mois de mai - Elizabeth Claveau

Afin de mettre en valeur le travail des personnes qui œuvrent au sein des SAE dans le réseau universitaire québécois, l'équipe du Portail des SAE souhaite partager des portraits de ces personnes avec ses lecteurs. photo elizabeth claveau

Elizabeth Claveau est travailleuse de corridors (travailleuse sociale) à l’Université du Québec à Rimouski, aux Services aux étudiants, depuis l’automne 2017.

Quel est votre mandat au sein de l'équipe de SAE de votre établissement?

En gros, mes fonctions au sein des SAE sont : l'accueil et l'intégration des étudiants étrangers, support aux personnes en situation de handicap, accompagnement et suivis individuels et dépistage d’étudiants ayant des difficultés psychosociales, interventions psychosociales ainsi que référence vers professionnels ou organismes de la région, activités de sensibilisation et de promotion (habitudes de vie des étudiants et causes qui les rejoignent), travailler avec les organismes partenaires de la région, et la mise en place et aide aux projets en lien avec divers sujets qui touchent la communauté étudiante.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler au sein des SAE?

Lors de mon application pour ce poste, j’étais en questionnement dans quel domaine d’intervention je voulais travailler. Lorsque j’ai vu le poste de travailleuse de corridors et tout ce que cela impliquait, j’ai eu un coup de foudre! Être en contact constant avec les étudiants, travailler pour l’intégration des étudiants internationaux, organiser des campagnes de sensibilisation, aider les étudiants dans leurs initiatives, faire de l’intervention psychosociale de groupe ou individuelle… c’est la variété de ce poste qui m’a attiré. De plus, ayant été étudiante en travail social à l’UQAR de 2012 à 2014, j’ai eu le goût de redonner à cette belle Université de région, ma région, le Bas-Saint-Laurent.

Quel est le projet ou le mandat qui vous tient le plus à cœur?

Il est dur de choisir parmi tous nos projets. Par contre, j’ai un attachement particulier envers deux volets :

  • Notre salon d’accueil pour les étudiants internationaux. À chaque début de trimestre, j’organise un salon d’accueil où je mets à contribution d’autres étudiants (Canadiens ou étrangers), afin d’accompagner ceux qui débutent leur parcours à l’UQAR. L’accueil et l’accompagnement sont personnalisés, nous offrons également un programme de jumelage avant leur arrivée afin qu’il puisse poser toutes leurs questions et avoir un point d’ancrage lorsqu’ils seront physiquement à l’UQAR. Ce sont des initiatives qui étaient là bien avant mon arrivée, mais que je suis fière de poursuivre et d’offrir.
  • Les projets connexes que je peux offrir aux étudiants : par exemple mes ateliers de zoothérapie ou mes ateliers de tricot comme gestion du stress! J’ai une chance incroyable d’être dans un milieu ouvert d’esprit et qui nous accompagne dans nos initiatives, c’est très stimulant comme employée.

Quel sera, selon vous, le plus grand défi des SAE dans les prochaines années?

Notre plus grand défi sera de nous adapter avec les réalités nouvelles que vivent nos jeunes adultes : stress, anxiété, les médias sociaux, la réalité des étudiants internationaux, etc. Nous devons constamment nous mettre en question dans notre travail et comment nous faisons les choses. J’ai par contre une grande confiance dans nos capacités à remplir ce défi, aux SAE de l'UQAR.

Pouvez-vous décrire un projet qui vous rend particulièrement fière?

Ce qui me rend le plus fière de travailler à l’UQAR, c’est l’équipe de travail des Services aux étudiants. Je travaille avec des gens dévoués, passionnés, intelligents et qui ont à cœur les services que nous donnons. C'est plaisant et stimulant d'être avec une équipe comme celle-là. Tous nos projets me rendent fière. Nous travaillons bien ensemble et nous sommes une belle équipe sur les campus de Rimouski et de Lévis.

Avez-vous un talent caché?

J'ai une mémoire phénoménale pour retenir de l'information non pertinente sur le monde animalier (et en parler à mon entourage), mais je ne me souviens jamais où je mets mes clés!

 

 

Mots clés: