Portrait du mois d'avril – Bruno-Philip Richard

Afin de mettre en valeur le travail des personnes qui œuvrent au sein des SAE dans le réseau universitaire québécois, l'équipe du Portail des SAE souhaite partager des portraits de ces personnes avec ses lecteurs.

Bruno-Philip Richard est conseiller au soutien pédagogique aux étudiants à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) depuis trois ans. Il a été engagé en mai 2017 comme conseiller au soutien pédagogique aux SAE et au service Premiers Peuples.

Quel est votre mandat au sein de l'équipe de SAE de votre établissement?

En quelques mots, le mandat premier consiste à soutenir les étudiants dans le développement de compétences leur permettant de poursuivre avec succès leur parcours universitaire. Les compétences liées au « métier d'étudiant » concernent, entre autres : les stratégies de lecture, d'organisation et de gestion du temps, de prise de notes, de recherche documentaire, de respect des normes bibliographiques, de planification et de rédaction des travaux, de préparation aux examens et bien davantage. Également, en tant que membre du service Premiers Peuples, nos services sont offerts à tous les étudiants, mais nous les développons dans une perspective holistique et une attention culturelle particulière. Bien entendu, plusieurs autres tâches et comités connexes se greffent à ce mandat initial. Le monde universitaire est si foisonnant et passionnant ! Les possibilités d’implication sont nombreuses !

Pourquoi avez-vous choisi de travailler au sein des SAE?

Les services aux étudiants sont un milieu de travail tellement dynamique et multifacette. D’abord, évidemment, le contact avec les étudiants, les échanges avec eux, le sentiment d’être utile et de les aider à mener à terme leur projet d’études. Puis, également, le fait de pouvoir compter sur des collègues de différents horizons et de compétences complémentaires qui favorisent les réflexions et remises en question. Nous sommes comme un microcosme uni pour soutenir les étudiants, en partenariat avec les autres services, les départements, les enseignants; c’est très stimulant et louable comme action collective.

Qu’est-ce qui vous apporte le plus de satisfaction dans votre travail?

Bon, à défaut d’énoncer ici une évidence pour tous et toutes, je crois que, pour chacun d’entre nous, ce qui nous rend le plus fiers, c’est de voir que nos actions portent leurs fruits auprès de nos étudiants. Qu’un étudiant qui fait appel à nos services progresse, s’améliore en y mettant les efforts et qu’il obtienne les résultats escomptés. Que son sentiment de compétence augmente, qu’il se sente supporté par son institution et qu’il croit davantage en ses moyens. C’est tout à fait humain notre travail et de voir, justement, que les étudiants « éclosent », c’est merveilleux ! Bien humblement, on sent qu’on fait un peu partie de leur réussite !

Quel sera, selon vous, le plus grand défi des SAE dans les prochaines années?

Ce n’est pas une surprise, il y a tendance lourde en formation à distance. C’est vrai dans les universités les plus populeuses, comme celles de région comme l’UQAT. Une tendance qui ne fait que s’accentuer dans les circonstances extraordinaires actuelles. Les SAE doivent et devront répondre à plusieurs interrogations face à ce changement de paradigme éducationnel. Comment offrir virtuellement des services personnalisés, en maintenant le lien de proximité avec les étudiants ? Comment s’assurer d’une formation et d’un soutien de qualité ? Quels choix technologiques privilégier ? Tant de questions passionnantes sur lesquelles se pencher. Le tout est évidemment en mutation, en évolution constante.

Pouvez-vous décrire un projet qui vous rend particulièrement fier?

Je suis fier de travailler dans le réseau de l'Université du Québec. Je crois fermement en notre travail et notre mission.

Avez-vous un talent caché?

Un talent, je ne sais pas. Mais, certainement une passion assez intense pour l’activité physique, les sports et le plein air en général !

 

Mots clés: