Thérapeutes canins sur le campus : une pratique antistress efficace

Les bienfaits de la zoothérapie sont depuis plusieurs années documentés et reconnus (voir la page Thérapie assistée par l'animal de l'Institut Douglas) et certains praticiens accompagnent aujourd'hui leurs interventions d'un assistant à poils, à plumes ou même à écailles. Cette pratique fait désormais écho en milieu universitaire et collégial. Diverses initiatives se développent, afin de contrer le stress liés aux examens, mais aussi l'ennui que peuvent ressentir certains étudiants qui ont dû s'expatrier ou quitter leur ville natale pour étudier loin de parents et amis, mais aussi loin de leur animal de compagnie.

Voici quelques pistes à explorer pour le milieu universitaire:

  • Relayé dans Affaires universitaires, The Conversation a récemment publié l'article Pourquoi il est bon d'avoir des «thérapeutes canins» sur nos campus universitaires. On y parle du programme B.A.R.K. de l'université de la Colombie-Britannique qui "amène des étudiants à rencontrer des chiens entraînés à cette thérapie ainsi que leurs maîtres afin de réduire le stress, combattre le mal du pays, et créer des liens interpersonnels et promouvoir le bien-être socio-émotionnel des étudiants." Dans la section "B.A.R.K. en résumé, on y décrit les objectifs, le fonctionnement et le financement d'un tel service. (source: http://bark.sites.olt.ubc.ca/)
  • L'article mentionne également une étude publiée en 2015 qui cite les bienfaits d'une telle pratique qui permet de réduire l'anxiété, les pensées négatives et favorise le bien-être.
  • En 2014, La Presse avait publié un article sur la question: "Petites bêtes: un compagnon antistress", où on y mentionnait l'apparition des Paws Room ("Salle des pattes") dans quelques universités canadiennes. Concept développé par Therapeutic Paws of Canada permet la mise en place d'un lieu où les étudiants peuvent venir flatter un animal pour relaxer entre deux examens.